Ilmayen, petite kabylie

Accueil > Tamokra > Bicher : un cimetière des martyrs pour le village

Bicher : un cimetière des martyrs pour le village

samedi 11 novembre 2006

Le village Bicher, dans la commune de Tamokra a vécu au cours du week-end écoulé des moments forts d’émotion en procédant à la réinhumation des ossements de seize martyrs tombés au champ d’honneur pendant la Révolution algérienne (1954-1962). Deux martyrs ont été cependant réinhumé sous X car n’ayant pu être formellement identifiés.

Les ossements ont été exhumés dans plusieurs cimetières de la commune et des localités limitrophes, dont Tansaout, Aït R’zine et Ilmaïn dans lesquels ils reposaient jusque-là, avant d’être acheminés à leur village natal où une sépulture leur a été réservée.

L’opération initiée par le comité du village, sous la férule de Moussioun Med Zine, Omar Aït Ouakli et autre Benabès Madjid a nécessité plusieurs semaines de travaux et la mobilisation de tous les enfants du village, épaulés par l’APC de Tamokra. La cérémonie de l’inauguration du cimetière, rehaussée par la présence des autorités et le retour au bercail de tous les expatriés du village, a été un très fort moment de recueillements, de souvenirs et de retrouvailles. La cérémonie a été aussi marquée par des témoignages sur les hauts faits d’armes de la région et une exposition sur la Révolution algérienne.

Les milliers de convives ont ensuite eu droit à un festin et, en guise de clôture, un gala animé par le groupe Idurar.


Voir en ligne : La Dépêche de Kabylie

Messages

  • bsr voila je suis dorigine de village bicher et j aimeré avoir des contactes avec les gents de-la moi je suis de la fammiles bedidi et bon chance a tt les bedidi de bicher et fe tamkra et de akbou saleù mon é-mail b.rachid2008@hotmail.fr tanemihrt

    • salut
      je suis aussi du village et je suis fier d,ou ce que je vien
      moi je suis un amrouche la famille bedidi ses des uncle de mon pére.
      mon email ;fuigueoliv@hotmail.com
      je salut tout les village grant et petit, le village et ses gent me manque énormoment.

    • Bonsoir,

      Grand salut de Paris et au plaisir de vous lire
      Je vous embrasse tous

      Hamid Bedidi

    • moi achour zemmouri né a bicher grandis a bicher , jusqu a l’age de 26 ans j’ai quiter mon village physiquement mais je reste toujour atacher , et je ferai de mon mieu de y revenire afin de lui rendre un grand hommage ont dit voir venise et mourire moi je dit voir bicher et vivre , l’azulation pour tous le monde {{}}

    • Salam,

      Tout d’abord je tiens à saluer l’équipe de ce formidable Site.
      Permettez moi de lancer un appel à "témoignage".

      APPEL AUX CONNAISSEURS

      Sans prétention aucune, nous comptons, avec l’aide de Dieu, regrouper, et pour la 1ère fois dans l’histoire de notre famille, les éléments (indices et preuves) relatifs à la généalogie des BELAZZOUG d’Aït Laalam, en Basse Kabylie.

      Il s’agit, d’investigations, de recherches documentaires et d’interrogations menées depuis plusieurs années auprès des anciennes de la famille (presque tous décédés), mais aussi auprès de spécialistes en la matière.

      La tradition orale, élément primordial dans ce type de recherche, nous avait conduit, déjà à l’époque à interroger (et de façon spontanée) de nombreux “patriarches” de la famille. Nous citerons parmi eux : les Belazzoug Nacer, Abdelmoumen, Boussou, Zebda, El Ayfa, Marbouha, Abide, Bouzid (2), Khelifa, Bayzide, Cheikh Loucif (toujours en vie)…liste non exhaustive.

      Nous nous limiterons aux éléments consensuels (transmis par voix orale, en l’absence d’écrit : chadjara).

      Nous citerons à chaque fois les références bibliographiques s’il s’agit de recherches documentées.

      NB/ la tradition orale dit que “la chadjara” des BELAZZOUG fut citée par le Cheikh El-Houcine El-Wartilani (à ne pas confondre avec le Cheikh El-Fodil El-Wartilani) dans sa Rihla ( رحلة الشيخ الحسين الورتلاني ). Elémént que nous n’avons pas retrouvé dans la dernière édition de ce livre qui remonte déjà à plusieurs années. Ou peut être elle fut citée plutôt dans son livre كتاب الرحمانية, qui traite également de généalogie, et que nous n’avons pas eu l’occasion de retrouver et de consulter, Ou peut être, tout simplment, notre “égarement intellectuel” ne nous a pas permis d’identifier le nom précolonial de notre famille (Belazzaoug etant le nom de famille imposé par les sevice de l’état civil de l’autorité coloniale). Nous y reviendrons.

      Bien entendu, il ne s’agit là que d’un essai. Toute contribution directe ou indirecte ne peut être que d’une grande utilité pour l’avancement de cette recherche. Un domaine traitant de cette mozaïque sociale, ethnique et historique qui est celle de notre region et de notre pays.

      Merci à tous de nous aider à réaliser ce projet, tant attendu.
      Contact : mouradbela@hotmail.fr

      Amicalement
      Mourad

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.