Ilmayen, petite kabylie

Accueil > Tamokra > La baraka de Sidi Yahia Laidli > Grandiose cérémonie à la Zaouia

Grandiose cérémonie à la Zaouia

mercredi 22 juin 2005, par Ali Boukerdous

Le wali de Béjaïa et son homologue de Bordj Bou Arréridj ont été impressionnés montrés par cette merveilleuse organisation et ont remercié tous ceux qui ont contribué pour la zaouia.

Tamokra, une commune de la wilaya de Béjaïa, très connue de par sa grande zaouia de cheikh Sidi Yahia El Aidli a rendu lundi un grand hommage à ses dignes fils. Une cérémonie de grande envergure a accueilli de hautes instances de l’Etat à l’image des walis de Béjaïa et de Bordj Bou Arréridj, Amara Benyounès, secrétaire général de l’UDR, Saïd Chibane ex-ministre des Affaires religieuses, Taher Bouzghoub, ex-ministre des Travaux publics, Chérif Mohamed Tahar Aït Aldjet et Mohamed Cherfi Gaher, hauts responsables au ministère des Affaires religieuses, tous deux natifs de la localité, en présence des médias, tels l’ENTV, BRTV, la Chaîne II et autres de la presse écrite.

En dépit d’un soleil de plomb, des milliers de gens sont venus des quatre coins du pays marquer ce grand rendez-vous.

Cette grande fête a commencé vers 11 h, inaugurée par la chorale de l’école primaire en chantant l’hymne national, avant que Assali Ferhat, un élève de la zaouia, ne récite quelques morceaux du Coran en souhaitant la bienvenue à la délégation. Le professeur Mohamed-Tahar Aït Aldjet a pris la parole en invitant tout le monde à rendre hommage à tous ceux qui ont donné leur savoir, leur santé et leur vie au profit de la société musulmane.

A tour de rôles, le deuxième sera le maire de la municipalité qui s’est montré très content pour ces retrouvailles et fier de sa commune qui a enfanté de grands hommes suivi de Abou Abdeslam, représentant du ministère des Affaires religieuses.

De leur côté, le walis de Béjaïa et son homologue de Bordj Bou-Arréridj ont été impressionnés par cette merveilleuse organisation et ont remercié tous ceux qui ont contribué pour la zaouia avant que Mohamed Cherif, responsable de la zaouia et recteur de l’Institut islamique d’Alger, ne retrace la vie de quelques générations qui ont laissé leurs empreintes dans cette fameuse zaouia, suivi de Abdelhafidh Amokrane, membre du Haut conseil islamique qui a apporté ses témoignages avec son ami Dalil Amokrane un enfant de la région sur les élèves de la zaouia qui sont tombés au champ d’honneur pendant la guerre de Libération nationale et leur rôle important.

Le dernier à intervenir sera Mohamed Tayeb Ablaoui, ex-professeur à l’ITE de Ben Aknoun pour donner ses témoignages sur cheikh Ahmed Igroufa, élève direct de cheikh Sidi Yahia El Aidli décédé en août 1975.

A 13 h, tout le monde a pris place pour un dîner collectif préparé par le comité, avant que la délégation invité à visiter la grande mosquée, la tombe de cheikh Sidi Yahia, le siège de l’APC et le cimetière des martyrs.

Enfin, la foule s’est dispersée sur des scènes mouvantes, grâce notamment à la meilleure organisation du comité de la zaouia en la collaboration avec l’association culturelle Assirem qui a su donner son coup de main aux élèves de scout malgré le manque flagrant de moyens.

Mourad Boughanem

Dépêche de Kabylie

Messages

  • MERCI POUR VOTRE ARTECLE SUR CETTE REGION OUBLIER
    CONTACTER MOI POUR PLUS D INFORMATION SUR CETTE REGION ET SON HISTOIRE

    • bonjour monsieur,
      je suis étudiante en 2eme année magistère et je travaille sur le role de le zaouia dans la diffusion de la lecture. si vous pouvez m’aider sur ce sujet, j’en serai très reconnaisante.merci

    • Mademoiselle,

      Je ne sais pas à qui vous vous adréssez au juste dans votre annonce.

      Mais quand même je vous réponds avec passion.

      Avant le déclenchement de la Révolution Algérienne du 01 Novembre 1954, il y avait en Afrique du Nord en général et en Algérie en particulier, environ 40 Zaouias d’enseignements. Donc, il faut spécifier laquelle ? Ce-ci d’une part.

      D’autre part, j’attire votre attention qu’entre 1945 et 1955, tous les cercles indigènes étaient surveillés à la lumière de la deuxième guérre mondiale qui prend fin et à d’autres évènements dont il va falloir faire une étude scientifique approfondie et objéctive.

      La culture demeure un procéssus et non pas une fin en soi. Que dire des études sur fond de communications ?

    • Comme vous le savez, la zaouia a une mission éducative d’abord religieuse (je fais une différence entre "thimâamarth et zaouia même si ces espaces sont liés) Je vous conseille un ouvrage de Germaine Tillon sur le système éducatif précolonial en Algérie ; elle dresse un recensement exaustif et chronologique de toutes les structures apparentées aux Zaouias.
      Travaillez bien.

    • j’ai pris connaissance de ce forum un peu en retard, mais je dois vous dire que je suis en préparation d’un film documentaire sur le rôle des zaouia, alors je fais appel à votre compétence vous qui êtes étudiants magistère ou en doctorat pour une collaboration.
      merci
      mariadz16@yahoo.fr

    • je salut la redaction de la depeche de kabyle pour touts ses éfforts qu’elle fait et aussi je voulez bien vous encorager pour fair encore mieux.
      Avec toutes mes salutation.

      D’AIT ZIRI
      B.Y.TAHAR

  • je n’ai pas specialement de commentaire mais une recherche à lancer :
    je prepare une intervention en anglais sur les bienfaits psychologiques de la cueillette d’olives chez les femmes en kabylie merci de m’aider par des articles en anglais.

  • Je suis une descendante de Sidi Yahia el Aidli qui vit au Canada, Je suis tres emu en lisant cette article sur la region natale de mes parents et de mes ancetres. Je suis tres fiere de mes origines et surtout de mon premier ancetre Sidi yahia el Aidli qui a batit la premiere mosque dans cette region "el Djmaah et houdjen" et la Zaoua. Merci beacoup a l’auteur de cet ouvrage, tu as permis de donner une grande visibilite a cette region qui merite beaucoup de bien par la bonte de ses enfants Kabyles et marabouts. Que dieu vous benissent tous.

  • Bonjour mon nom de famille et AIDLI et je ne sais pas si c’est probable que cette personne pourrer t’être un de mes ancêtre ?Et aussi je cherche à savoir que veux dire Aidli je sais que c’est tunisien mais je voudrais savoir la signification . Merci d’avoir lu ce message et si vous avez une réponse écrivez un message sur ce sitemerci pour tout.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.